< RETOUR AUX ACTIONS

ACTION 3
PROJET DE LOTISSEMENT A AVISTER

ACTION DEBUTEE LE 22 juin 2014

LE 15/10/2017

Gros succès pour la levée de fonds pour un dépôt de recours
auprès du Conseil d’Etat
contre le nouveau lotissement d’Avister

 

Très chers membres de l’ASBL Vert et Vie,

Nous remercions tous les donateurs qui ont contribué financièrement et permis à notre ASBL de lancer un recours au conseil d’Etat  pour solliciter l’annulation de la décision d’octroi conditionnel de permis d’urbanisme de la SA Bfund.
Sans le nouveau comité de quartier d’Avister, ce recours n’aurait pas existé sous cette forme. Les nombreux arguments pertinents évoqués, son recours à des avis de scientifiques et sa pugnacité ont convaincu un nombre important de citoyens et le conseil d’administration de Vert et Vie du bien fondé et de la justesse de la cause.

La mobilisation financièrement très rapide de beaucoup de citoyens a permis de concrétiser la démarche.

Les personnes qui le souhaitent peuvent encore rejoindre le groupe des donateurs en effectuant un versement avec en communication « recours Bfund »
sur le compte Vert et Vie : IBAN : BE54 0004 1382 1497
BIC : BPOTBEB1

Vert et Vie vous remercie chaleureusement et ne manquera pas pas de vous tenir informés.

Marcel Blaise
Président

log-facebook_rvb_25

 

https://www.facebook.com/search/top/?q=asbl%20vert%20et%20vie

 

LE 27/09/2017
Levée de fonds pour un dépôt de recours auprès du Conseil d’Etat
contre le nouveau lotissement d’Avister

La Commune a répondu aux arguments signifiés par courrier le 1er septembre qui s’opposaient à la création d’un nouveau lotissement à Avister. Non satisfait de ces réponses, les habitants du quartier d’Avister mandatent Vert & Vie pour déposer un recours auprès du Conseil d’Etat.

UNE LEVEE DE FONDS EST ORGANISEE POUR FINANCER CETTE ACTION

VOIR LA REPONSE DE LA COMMUNE
ET LE FORMULAIRE DE LEVEE DE FONDS
appel financier recours 20170927

log cxepss

LE 13/09/2017
Monsieur Michel, chargé de mission à la CWEPPS nous autorise à publier le rapport dressé sur l’extension des lotissements d’Avister et sur la problématique du sous-sol et du rejet des eaux.

 

INTRODUCTION

Messieurs,
Comme demandé, la CWEPSS asbl vous autorise à faire mention du rapport rédigé par nos soins fin août 2017 à propos de Avister.

Nous souhaiterions néanmoins que soit mentionné les éléments suivants:
– la CWEPSS asbl est une association dont les objectifs prioritaires sont la protection et la meilleure connaissance / prise en compte du karst dans la gestion et l’aménagement des régions calcaires de Wallonie.
– Notre association n’a été solicité concernant Avsiter qu’au courant du mois de août 2017, raison pour laquelle ce rapport n’a été fourni aux personnes concernées (dont la commune de esneux) que si tard dans la procédure d’octroi du permis de lotir.
– Notre rapport se veut objectif et ne juge pas de la valeur du projet de lotissement, les propositions vont dans le sens d’une meilleure protection du karst
– les observations figurant dans le rapport de la CWEPSS a propos de Avister se basent sur les seules observations réalisées en surface et ne peuvent en rien préjuger de la nature précise du sous-sol au droit du futur lotissement
– Ces grâce à notre réseau de collaborateurs bénévoles de terrain que nous avons pu regrouper ces observations précises, les données historiques et notamment mettre en evidence la problématique ACTUELLE de la gestion des eaux usées des maisons déja existantes.
– Nos recommandations se veulent constructives et nous espérons qu’elles pourront pour partie être intégrées dans les très probables constructions à venir.

G. Michel
Chargé de Mission

 

LIRE LE RAPPORT COMPLET

Avister_Rapport CWEPSS

 

 

 

01/09/17
TROU DANS LA CHAUSSEE A AVISTER
UNE LETTRE ET UNE PETITION ONT ETE ADRESSEES A LA COMMUNE
POUR ATTIRER L’ATTENTION SU LES RISQUE LIES A L’URBANISATION
SUR CE TYPE DE TERRAIN

Chaussée à trous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le trou dans la chaussée à Avister a été réparé par la commune.
Il sagissait d’une cheminée de doline qui avait anciennement été grossièrement rebouchée avec des gravats de briques et de décharges. Cette situation interpelle les riverains, d’autant que d’autres dolines ont été répertoriées.

VOIR LA LETTRE ET LA PETITION

 

 

01/09/17
VERT&VIE REAGIT

VERT&VIE comme beaucoup d’habitants, est déçue par ce vote, d’autant plus que des faits nouveaux peu rassurants ont été communiqués.

Il s’agit d’un  rapport de la CWEPPS et de la connaissance de l’origine d’un effondrement rue Terre Antoine , effondrement dû  à une doline qui avait déjà été comblée avant le lotissement Sagehomme. Effectivement, les trous ont été sommairement rebouchés, probablement pour protéger le bétail,  sans en avertir la commune ou le futur acquéreur de terrain.

La qualité dégradée du sous-sol et la gestion des eaux sont toujours des sujets très préoccupants. De nombreuses demandes de permis ont été refusées du fait de ce problème de sol.

La Région Wallonne a été mise à l’amende pour son retard dans l’épuration des eaux alors pourquoi ne pas établir la conduite vers la station d’épuration de Colonster avant l’extension?

Vert et Vie avec le comité du quartier, vu ces faits nouveaux, à interpellé une nouvelle fois la commune en demandant une réponse pour le 25 septembre afin d’apprécier avec les citoyens si un recours se justifie.


LIRE LA LETTRE DE V&V A LA COMMUNE

 

 

07/08/2017
LE COLLEGE COMMUNAL A OCTROYE CONDITIONNELLEMENT EN DATE DU 7 AOUT 2017 LE PERMIS D’URBANISATION SOLLICITE PAR BFUND, RUE TERRE ANTOINE, RUE DU CHENEUX ET AVISTER

  • Le permis a été octroyé par 2 voix pour, 1 voix contre et 1 abstention.
  • Le permis autorise la création de 25 lots (24 logements).
  • Les rues Terre Antoine et du Cheneux ne sont pas maintenues en cul de sac; il est imposé un rétrécissement et des plateaux.
  • Il est imposé un espace vert autour du chêne à conserver ainsi qu’une zone de rencontre
    avec plaine de jeu.
  • Il est imposé une zone tampon de largeur minimale de 12m en limite du site Natura 2000
    avec mare de minimum 50 m².
  • Il est imposé minimum 6 mares dans le périmètre du projet qui serviront de bassins récepteurs
    des eaux pluviales.
  • L’épuration des eaux usées sera individuelle avec possibilité d’être plus tard by-passée.

Un recours au Conseil d’Etat est ouvert contre cette décision dans un délai de 60 jours
à compter du 18 août 2017.

LIRE LE DOSSIER COMPLET permis d’urbanisme

 

 

29/02/16

REACTION DE LA COMMUNE D’ESNEUX A L’INTERPELLATION DE VERT & VIE

30/11/15

SONDAGE AVISTER – PROJET DE LOTISSEMENT BFUND
VERT & VIE A CONSULTÉ LES RIVERAINS SUR LA CRÉATION
ET L’AMÉNAGEMENT DES VOIRIES COMMUNALES
LE RÉSULTAT EST SANS APPEL

Le 1er octobre 2015, le Conseil communal a marqué son accord sur la création et la modification des voiries communales, telles que proposées dans le dossier de demande de permis d’urbanisation BFund. Cette demande de Bfund inclut la fin des culs-de-sac rue Terre Antoine et rue du Chêneux.

Parallèlement, une mesure d’accompagnement est en gestation au niveau de la Commune. Elle vise la fermeture de la rue Sécheval à son intersection avec Avister et à son intersection avec la rue Hayette, dans le but de répartir le flux de véhicules en deux parties à Avister.

Vert & Vie a effectué un sondage d’opinons sur le souhait des habitants des rues Chêneux et Terre Antoine qui sont directement concernés par le projet BFund. Le résultat de ce sondage est sans appel. Aucun riverain n’est pour la proposition de fermeture de la rue Sécheval. Tous les riverains, sans aucunement présumer de l’aboutissement du projet BFund, demandent la création de culs de sac au milieu des jonctions de voiries Terre Antoine et Chêneux à hauteur du sentier vicinal n°68.

La recommandation de l’étude d’incidence est ainsi pleinement confirmée par tous et par écrit.

Le résultat de ce sondage a été communiqué à la Bourgmestre et à l’Echevin de l’urbanisme. Vert & Vie a sollicité un entretien avec la Bourgmestre à ce sujet.

19/11/15

Nouveau rebondissement dans la demande de lotissement à Avister.

La commune donne son accord à la cession des terrains en vue de l’aménagement des voiries nécessaires au lotissement. Outre le fait que la commune n’a pas prévenu l’ensemble des riverains des voiries concernées mais seulement quelques personnes les plus proches et qu’aucun avis public n’a été affiché, l’accord pour les nouvelles voiries ne suit pas l’avis de la majorité des habitants ni de l’étude d’incidence.

Quelques personnes ont déjà introduit un recours au niveau du gouvernement wallon.

Vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de la réunion du 18 juin 2015 suite aux réclamations introduites contre le lotissement, la lettre d’annonce de l’accord pour les voiries envoyée aux quelques voisins directs et des de lettre de réclamations adressées au gouvernement.

Rapport de la réunion de concertation du 18 juin 2015 Bfund 
(cliquez sur les images pour les agrandir)

Décision du conseil communal pour le projet BFund
(cliquez sur les images pour les agrandir)

Lettre de recours
(cliquez sur les images pour les agrandir)

26/05/15 

Esneux, le 26 mai 2015

Vert & Vie a.s.b.l.

Rue de la Roche aux Faucons  52

4130 ESNEUX

 

Madame la Bourgmestre
Mesdames et Messieurs du Collège
Mesdames Laurent et Parizel,

 

Objet : Suggestions et observations suite à la demande de permis d’urbanisation et les résultats de l’étude d’incidence à Esneux Avister     rue Terre Antoine et rue du Chéneux

 

Mesdames, Messieurs,

 

En tant que président de l’a.s.b.l. VERT & VIE mais aussi en tant que simple habitant de la rue de la Roche aux Faucons, je tiens à vous faire part de mes plus vives craintes suite à l’étude d’incidence concernant un « projet d’urbanisation » dans le quartier d’Avister.

 

Mes remarques s’articulent autour des thèmes suivants.

1) Aspects relatifs à l’égouttage

Le règlement communal prévoit qu’en zone karstique une station d’épuration collective doit être prévue et non pas des stations d’épuration individuelles comme préconisé par l’étude d’incidence. Autoriser des stations d’épuration individuelles risque d’amplifier le phénomène karstique de par le rejet d’eaux grises acides. Il est à noter que les égouts du quartier et des routes avoisinantes ne sont en fait qu’un écoulement d’eaux usées qui se jettent actuellement à ciel ouvert dans le vallon et dans le bois au grand dam des habitants du bas du lotissement.

Le projet de la commune de canaliser les égouts depuis la ferme de Nomont jusqu’à une station d’épuration le long de l’Ourthe n’est prévu que dans plusieurs années. Ne serait-il pas raisonnable de limiter au maximum le développement de nouvelles constructions tant que ces travaux ne sont pas réalisés.

 

2) Aspect karstique du sol

L’étude d’incidence montre que la partie nord du terrain est en zone karstique sur une profondeur variant d’ouest en est de 60 à 85 mètres. Dans cette zone, le projet prévoit l’implantation de 6 habitations alors que le règlement communal n’autorise pas de constructions dans de telles zones. Plusieurs propriétaires se sont vus refuser de simples permis d’extension d’habitations existantes pour des raisons de karst. Il serait donc pour le moins contradictoire d’autoriser à cet endroit la construction de nouvelles maisons.

Envisager la construction de ces 6 habitations malgré la connaissance de ces dangers karstiques nous semble déraisonnable et irresponsable. Une information très claire à ce sujet devrait être donnée aux futurs acquéreurs dans les publicités, actes de vente, règles du lotisseur…  par exemple: risque d’inconstructibilité des terrains ou d’adaptations conséquentes et couteuses des bâtiments, voir refus pur et simple du permis de bâtir.

 

3) Aspects relatifs à la demande de dérogations en ce qui concerne les superficies minimales pour pouvoir construire

La superficie minimale imposée par le règlement communal pour qu’un terrain soit constructible est de 1000m² pour la partie nord du terrain et de 3000m² avec 30 m minimum de façade le long de l’alignement pour la partie supérieure au sud, (partie du projet située en zone d’ensemble urbanistique N°3)

La société Bfund demande une dérogation à ce règlement ; à savoir des parcelles faisant dans les 900m².

Une opposition formelle à cette dérogation doit être formulée car comme il ne s’agit que d’un projet, accorder une telle dérogation permettrait par la suite un morcellement encore plus important du terrain et un nombre encore plus élevé d’habitations.

Les habitants actuels ont construit dans le strict respect des règles du lotissement Sagehomme qui leur ont été imposées à l’époque. L’hypothèse de l’extension du lotissement suivant des règles différentes voire contradictoires avec l’habitat déjà construit nous semble tout à fait inopportune et injuste. Cette rupture urbanistique risque d’entraîner des sentiments d’injustice ou des conflits entre anciens et nouveaux habitants.

La densité à l’hectare, la taille des maisons ou celle des parcelles constructibles, la zone de recul et les distances entre constructions devraient être les mêmes pour tous afin de conserver une cohérence à l’ensemble du lotissement. Or cela ne semble pas être le cas ne fut-ce que parce que le nouveau projet compterait 26 parcelles alors qu’à l’époque de la construction du lotissement il n’en comptait que 16.

 

4) Aspect relatifs à la circulation routière

La circulation sur la route de la Roche aux Faucons est très difficile et dangereuse du fait de l’étroitesse de la chaussée et de l’absence d’accotements ce qui augmente les risques pour les piétons, promeneurs et riverains.

En hiver, certaines années, la route a été inutilisable en raison de l’enneigement, la commune ayant eu des difficultés à assurer un déneigement suffisant.

La route est déjà fort fréquentée, non seulement par les riverains, mais aussi par des habitants des environs d’Esneux qui l’utilisent comme raccourci en provenance de la Route du Condroz ou en direction de Liège. Les risques d’accident sont également démultipliés du fait de la masse de cyclistes et cyclotouristes qui fréquentent en nombre cette route depuis que la côte de la Roche aux Faucons est incluse dans le parcours de Liège-Bastogne-Liège.

Une augmentation excessive de l’habitat ne pourrait qu’aggraver encore une situation déjà critique, à moins que la commune ne mette en place des solutions d’envergure pour améliorer les choses.

Pour ce qui est de la route d’accès Est au lotissement, un accroissement de population nécessiterait au minimum son élargissement car elle pose déjà problème actuellement. Un aménagement des routes afin de favoriser et de répartir la circulation entre les quartiers serait indispensable. Indispensable également, l’aménagement des routes internes incluant de grandes zones de circulation pour les piétons et de jeu pour les enfants (zone 30 km/h, aménagement de petites places au milieu des rues Terre Antoine et du chêneux). De manière générale, des mesures devraient être prises afin de ralentir la circulation, améliorer la sécurité et la convivialité du lotissement.

Ces aménagements doivent être imposés dès le départ au lotisseur.

 

5) Aspects environnementaux

La commune d’Esneux s’inscrit dans un environnement campagnard particulier (zone d’ensemble urbanistique N°3 pour la partie nord du terrain) qu’il convient de préserver dans le cadre de cette demande d’urbanisation. En effet, il serait regrettable que suite à une urbanisation débridée (constructions trop proches les unes des autres) la vue depuis la route d’accès est au lotissement vers le vallon soit entièrement obstruée. Il ne faudrait pas que ce lotissement situé en zone d’habitat à caractère rural se transforme en cité dortoir ce qui n’est ni sa vocation, ni le souhait de sa population.

Dans la commune, nombre d’hectares sont inconstructibles du fait du relief et des zones déjà protégées ou en devenir ce qui lui confère son caractère champêtre de nature « intacte ». Ces traits de caractère si évidents imposent naturellement une approche urbanistique respectueuse sous peine de faire perdre à la commune ses repères qui en font son succès tant auprès de ses habitants qu’auprès de personnes extérieures qui y viennent en balade ou pour leurs loisirs.

Il est bon de signaler que les représentants politiques des différents partis se sont engagés à limiter sévèrement la création de nouveaux lotissements en dehors des centres des villages principaux que sont Tilff et Esneux. Et concrètement il est bon de leur rappeler que lors d’une réunion-débat organisée par Vert et Vie fin 2012, ils se sont tous alignés pour rejeter le projet de lotissement du promoteur immobilier Thomas et Piron concernant un lotissement d’environ 18 unités de logement sur le terrain cadastré : 1er division section A, n° 606A, 612C, 613B et 623B d’une contenance d’environ 5ha 83 a et 4 ca situé rue de la Roche aux Faucons. Il serait souhaitable, pour leur crédibilité et la confiance que leur accordent les électeurs, qu’ils restent cohérents.

Aujourd’hui, les grands espaces doivent être traités en tenant compte également de l’intérêt général et pas uniquement de l’intérêt individuel. Le patrimoine écologique est une valeur qui nous concerne tous. L’action visant au classement du grand site paysager de la boucle de l’Ourthe à Neupré et à Esneux le démontre.

Je compte sur vous pour enregistrer mes remarques et commentaires et pour veiller au mieux à la défense du caractère particulier de notre commune.

 

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, nos salutations les plus respectueuses.
Pour Vert & Vie et ses membres

Le Président

Pascal BARBE

19/05/2015

Enquête publique pour le lotissement de la rue Terre Antoine et la rue du Chêneux

02/07/2014


APRES AVOIR ASSISTE A LA SEANCE D’INFORMATION DU 26 JUIN
ET EN AVOIR DEBATTU EN REUNION DE COMITE,
VERT&VIE PREND POSITION CONTRE LE LOTISSEMENT D’AVISTER
ET FAIT PART DE SES ARGUMENTS AUX AUTORITES COMMUNALES.
VOUS ETES INVITES VOUS AUSSI A TRANSMETTRE

LE PLUS RAPIDEMENT POSSIBLE VOS REACTIONS

PAR COURRIER A

Mme L. Iker, Bourgmestre
Mesdames Laurent et Parizel,
Commune d’Esneux – Place Jean d’Ardenne, 1 – 4130 ESNEUX

OU PAR MAIL:

benedicte.laurent@esneux.be – florine.parizel@esneux.be

N’HESITEZ PAS A NOUS ENVOYER PAR MAIL COPIE DE VOS REACTIONS: contact@vert-et-vie.be

_________________________________________________________

LETTRE DE VERT & VIE AUX AUTORITES COMMUNALES
ET AU PROMOTEUR DU PROJET

 

Esneux, le 2 juillet 2014

Madame la Bourgmestre
Mesdames et Messieurs du Collège
Mesdames Laurent et Parizel,

Objet : Réactions à la demande de permis d’urbanisation à Esneux Avisterrue Terre Antoine et rue du Chéneux

 

Mesdames, Messieurs,

L’a.s.b.l. VERT & VIE (www.vert-et-vie.be) tient à vous faire part de ses plus vives réticences, suite à la réunion d’information qui s’est tenue le 26 juin à l’Escale, concernant un « projet d’urbanisation » dans le quartier d’Avister.

Nos remarques s’articulent autour des huit thèmes suivants.

 

1) Aspects relatifs à l’égouttage

Il est à noter que les égoûts du quartier et des quartiers avoisinants, en raison de l’absence d’une station d’épuration, ne sont en fait qu’un écoulement d’eaux usées qui se jette actuellement à ciel ouvert dans le vallon et dans le bois au grand dam des habitants du bas du lotissement.

Cette situation déplorable doit être analysée et il faut trouver une solution acceptable préalablement à un quelconque projet de lotissement.

 

2) Aspects relatifs à la karsticité du sol

Il est utile de se pencher sur cet aspect. Toute la zone envisagée se trouve en situation reconnue de risques karstiques modéré ou élevé suivant l’endroit. Pour cette raison plusieurs propriétaires se sont vus refuser un simple permis d’extension d’une habitation existante. Il serait donc pour le moins anachronique d’autoriser à cet endroit la construction de nouvelles maisons.

Il est également à noter que différentes cartes du sol existent et ne s’accordent pas toutes sur la délimitation ou la dangerosité des zones karstiques. Elles devraient être recensées par le promoteur dans l’étude d’incidence de manière exhaustive au moyen d’un historique et ce préalablement à la concrétisation de tout projet urbanistique.

De source bien informée, nous avons appris qu’une nouvelle carte était sur le point d’être publiée par la Région Wallonne. Celle-ci fait état d’une zone karstique à risque élevé plus étendue que celle des cartes actuelles et recouvrant plus largement qu’annoncé le terrain objet de ce projet de lotissement. Il faut en tenir compte.

Envisager la construction de 26 habitations malgré la connaissance de ces dangers karstiques nous semble déraisonnable et irresponsable. Tout projet de ce type devrait par ailleurs se voir imposer d’inclure une information très claire à ce sujet dans les publicités, actes de vente, règles du lotisseur …  par exemple: risque d’inconstructibilité des terrains ou d’adaptations conséquentes et couteuses des bâtiments, voir refus pur et simple du permis de bâtir.

 

3) Aspect relatifs à la circulation routière

La circulation routière sur la route de la Roche aux Faucons est déjà très difficile et dangereuse du fait de son étroitesse et de l’absence d’accotements ce qui en outre rend risquée la circulation des piétons, promeneurs et riverains.

En hiver, certaines années, la route a été inutilisable en raison d’un mauvais, voir d’une absence de déneigement, la commune s’étant trouvée dans l’impossibilité de l’assurer.

La route est déjà fort fréquentée, non seulement par les riverains, mais aussi par des habitants des environs d’Esneux qui l’utilisent comme raccourcis en provenance de la Route du Condroz ou en direction de Liège. Sans parler des masses de cyclistes et cyclo-touristes qui fréquentent en nombre cette route depuis que la côte de la Roche aux Faucons est incluse dans le parcours de Liège-Bastogne-Liège.

Une augmentation de l’habitat ne pourrait qu’aggraver encore une situation déjà critique. A moins que la commune ne mette en place des solutions d’envergure pour améliorer les choses. S’y engage-t-elle ? En a-t-elle les moyens ?

Pour ce qui est des routes internes au lotissement, un accroissement de population nécessiterait au minimum l’élargissement de la route d’accès Est qui pose déjà problème actuellement. Un aménagement des routes afin de favoriser et de répartir la circulation entre les quartiers serait indispensable. Indispensable également, sagissant d’une zone d’habitat dense, l’aménagement des zones de circulation pour les piétons. Et enfin des mesures devraient être prises afin de ralentir la circulation, y améliorer la sécurité et préserver le calme.

Ces frais devraient être en principe à charge du lotisseur … ou de la commune ?

 

4) Aspects relatifs aux services d’eau et électricité

Aujourd’hui les habitants souffrent déjà régulièrement de problèmes d’alimentation en eau (faible pression) et en électricité (tension souvent réduite). Une augmentation de population imposerait que des dispositions soient prises pour ne pas aggraver la situation d’aujourd’hui.

Il est également à noter que transformer en zones d’habitat ce lotissement empêcherait en cas de problème tout accès terrestre au pylone à haute tension situé en fond du terrain.

 

5) Aspects environnementaux

La commune d’Esneux s’inscrit dans un environnement campagnard particulier qu’il convient de garder à l’esprit dans le cadre de cette demande d’urbanisation et de toute autre. Il serait regrettable que suite à une urbanisation débridée elle se transforme en cité dortoir ce qui n’est ni sa vocation, ni le souhait de sa population.

Nombre d’hectares sont inconstructibles du fait du relief et des zones déjà protégées ou en devenir ce qui confère à la commune son caractère champêtre de nature « intacte ». Lorsque des traits de caractère aussi évidents existent, ils tracent et imposent naturellement une approche respectueuse sous peine de faire perdre à la commune ses repères qui en font le succès tant auprès de ses habitants qu’aupès de personnes extérieures qui y viennent en balade ou pour leurs loisirs.

La plupart des associations de préservation de l’environnement tirent la sonnette d’alarme car les zones agricoles disparaissent mettant en danger notre indépendance alimentaire et nos capacités agricoles. Il faut aussi en tenir compte

Enfin, ce projet s’inscrit en totale contardiction avec le récent projet de classement sur plusieurs communes du grand site paysager de la boucle de l’Ourthe à Neupré et à Esneux . Ceci confirme, si besoin en était, le caractère particulier de notre commune et plus spécifiquement du quartier d’Avister qui jouxte le site de la boucle de l’Ourthe.

Cet élément confirme qu’il convient de traiter cette demande avec la plus grande retenue. Densifier l’habitat d’Avister ne cadre pas avec cet aspect, il convient de garder des zones vierges cultivées ou boisées afin de garder des zones de transit pour le gibier et conférer à ces espaces un rôle de tampon entre l’habitat et la nature.

Cela ne cadre pas non plus avec la volonté de la population, preuve en est la participation importante à cette réunion d’information malgré une publicité plutôt discrète et une période mal appropriée en raison de la proximité des congés.

 

6) Aspects relatifs aux règles du lotissement Sagehomme

Les habitants actuels ont construit dans le strict respect des règles du lotissement Sagehomme qui leur ont été imposées à l’époque. L’hypothèse d’un lotissement voisin régi par des règles différentes voire contradictoires avec l’habitat déjà construit nous semble tout à fait inoportun et injuste. Non seulement il risque d’amener une rupture urbanistique mais aussi d’entraîner des sentiments d’injustice ou des conflits entre anciens et nouveaux habitants.

Les règles de superficie minimum, la densité à l’hectare, la taille des maisons ou celle des zones constructibles, la zone de recul et de distance entre construction … devraient être les mêmes pour tous. Or cela ne semble pas être le cas ne fut-ce que parce que le nouveau projet compterait 26 parcelles alors qu’à l’origine il n’en comptait que 16.

D’autre part nous attirons l’attention sur le fait qu’une partie du projet est situé en zone d’ensemble urbanistique N°3 et devrait donc respecter les règles imposées par le règlement communal urbanistique, à savoir être constitué de parcelles de minimum 3000 m2 avec 30 m minimum de façade le long de l’alignement. Ce qui, tel que le projet a été présenté, ne semble pas être le cas.

 

7) Aspects relatifs à la société Bfund

Bfund est une société à capitaux étrangers qui n’a aucune vocation à faire de l’urbanisation mais essentiellement des actions d’investissements rentables. Son représentant a déclaré ne se préoccuper que de la vente des terrains et ne pas être concerné par les aspects construction. C’est donc à tort et par pure démagogie que ce projet est qualifié de « demande de permis d’urbanisation ». D’autre part le promoteur n’étant pas impliqué dans la construction, qu’adviendrait-il réellement de ces terrains une fois vendus ? Et qui en assumerait la responsbilité urbanistique ?

En outre la société Bfund existe seulement officiellement depuis février 2014 et son représentant est resté très évasif sur l’état de son capital. Qui est réellement Bfund, quelles sont ses compétences, sa notoriété … ? Son historique n’est pas suffisant pour déterminer si elle a les capacités techniques et financières de mener à bien un tel projet et de respecter ses engagements ?

Lors de la séance de présentation du 26 juin, le représentant de Bfund a laissé certaines questions sans réponses, ou les a déclarées « à l’étude » comme les problèmes de karsticité, d’égoutage, de voirie …  Est-il vraiment raisonnable de mettre sur pied un projet de cette envergure, concernant un nombre aussi important de personnes sans en maîtriser ou sans en avoir étudié en profondeur tous les aspects ?

 

8) Aspects responsabilités politiques

Il est bon de signaler que les représentants politiques des différents partis se sont engagés à limiter sévèrement la création de nouveaux lotissements en dehors des centres des villages principaux que sont Tiff et Esneux. Et concrètement il est bon de leur rappeler que lors d’une réunion-débat organisée par Vert et Vie fin 2012, ils se sont tous alignés pour rejeter le projet de lotissement du promoteur immobilier Thomas et Piron concernant un lotissement d’environ 18 unités de logement sur le terrain cadastré : 1er division section A, n° 606A, 612C, 613B et 623B d’une contenance d’environ 5ha 83 a et 4 ca situé rue de la Roche aux Faucons. Il serait souhaitable, pour leur crédibilité et la confiance que leur accorde les électeurs, qu’ils restent cohérents.

 

Aujourd’hui, les grands espaces doivent être traités en tenant compte également de l’intérêt général et pas uniquement de l’intérêt individuel. Le patrimoine écologique est une valeur qui nous concerne tous. L’action visant au classement du grand site paysager de la boucle de l’Ourthe à Neupré et à Esneux le démontre.

Madame la Bourgmestre, Mesdames et Messieurs du Collège, Mesdames Laurent et Parizel, nous comptons sur vous pour enregistrer nos remarques et commentaires et pour veiller au mieux à la défense du caractère particulier de notre commune.

Veuillez agréer nos salutations les plus respectueuses et bien vouloir nous informer si ce courrier, pour être pris en compte, devait être introduit sous une autre forme.

 

C/C à la société Bfund.

 

Pour Vert & Vie a.s.b.l.
Pascal Barbé, Président

Rue de la Roche aux Faucons  52

4130 ESNEUX

A SUIVRE …

 

22/06/2014 

Un nouveau projet de lotissement concernant 26 parcelles a vu le jour à Avister. Il est situé rue Terre Antoine et rue du Chêneux.

Certains riverains nous ont déjà fait part de leurs réactions. En voici un résumé.

  • S’il est vrai qu’un projet de lotissement existe depuis plusieurs années à cet endroit, il portait à l’origine sur 16 parcelles. Pourquoi est-il passé à 26 ?
  • Comment la législation en la matière a-t-elle évolué depuis ces années ?
  • La commune va-t-elle  aménager la voirie en fonction de ces nouvelles habitations et de l’augmentation de traffic qu’elles vont générer sur la route principale déjà bien fréquentée ?
  • Qu’en sera-t-il de l’égouttage qui est déjà ctuellement lacunaire puisqu’aucune station d’épuration n’a encore été construite pour les habitations existantes ?
  • La mise à jour de la carte géologique de l’endroit ferait apparaitre que ce  terrain serait situé dans une zone karstique plus dangereuse encore que celle du projet de lotissement « Thomas et Piron » pour lequel la commune a émis un avis défavorable.
  • Le MR par les voix de sa Bourgmestre Laura Iker et de son Echevin de l’Urbanisme Léon Martin, ainsi que le PS par les voix des échevins Christie Morreale et Philippe Detroz, ont clairement et officiellement émis un avis défavorable au projet de lotissement « Thomas et Piron ». Maintiendront-ils leur position pour ce nouveau projet ?

 

REPONSE A CES QUESTIONS, ET A TOUTES CELLES QUE VOUS VOUDREZ BIEN POSER
LORS DE LA SEANCE D’INFORMATION ORGANISEE
LE 26 JUIN A 19H A L’ESCALE, RUE DE LA STATION 80 – 4130 ESNEUX

 

VENEZ NOMBREUX