> 12 avril 2022

GRAND NETTOYAGE 2022

> 4 avril 2022

SENSIBILITE DES ARBRES FRUITIERS AU GEL

UN TABLEAU INTERESSANT EXTRAIT DU SITE www.juvelize.com

> 3 mars 2022

LOTISSEMENT D’AVISTER, NOUVEAU PROJET B-FUND

INVITATION

Après avoir vu son permis de bâtir refusé par le Conseil d’Etat,
la société B-FUND revient avec un nouveau projet

VOUS ETES INVITES A ASSISTER A LA SEANCE D’INFORMATION PREALABLE AU DEPOT DE LA DEMANDE DE PERMIS DE BATIR

LE 15 MARS A 18H
AU CHATEAU DE BRUNSODE, A TILFF

VENEZ NOMBREUX

 

Chers coopérateurs au recours au Conseil d’Etat.
Chers membres et amis de Vert-et-Vie.
Chers citoyens d’Esneux-Tilff.

Vous êtes tous conviés à une réunion publique d’information ce 15 mars à 18h au château de Brunsode. La société BFund, en présence des représentants de la Commune, y présentera son nouveau projet de lotissement à AVISTER avant de solliciter un nouveau permis.

Vous vous souviendrez que le Conseil d’Etat en 2021, à la demande de l’ASBL Vert-Vie et d’un riverain, a cassé le permis de lotir accordé par la commune d’Esneux en 2017.

Vert-et-Vie a accepté l’invitation de BFund de participer à une réunion d’information préalable uniquement si elle avait un caractère public.

Vert&Vie reste opposé à tout projet d’urbanisation rues Terre Antoine et du Chêneux aussi longtemps qu’un collecteur n’est installé vers une station d’épuration des eaux.

Nous pensons également que tout doit être fait pour ne pas aggraver le risque ou l’importance d’inondations futures dans la vallée en construisant sur les hauteurs sans prendre toutes les précautions nécessaires

Votre présence, votre avis est important, venez avec nous à ce rendez-vous déterminant.

D’avance nous vous remercions pour votre implication citoyenne.

> 27 janvier 2022

UN FILM A NE PAS MANQUER

LE VENDREDI 25 FEVRIER A 20 H AU CHATEAU DE BRUNSODE, A TILFF

VERT & VIE ORGANISE LA PROJECTION DU FILM DE JULIEN DEFOURNY: SUR LES VOIX DES AMERIQUES.

Passionné de nature et du monde, c’est en 2015 que Julien embarque en direction de
l’Amérique du Sud pour une aventure qui allait bouleverser sa vie.
Préoccupé par les enjeux environnementaux, il commence par filmer les conséquences du
changement climatique à travers son voyage. Au fil des kilomètres, les rencontres remettent
en question ses croyances sur le monde. Son aventure prend alors un nouveau souffle: il se
laisse guider par les voix des Amériques.
4 années plus tard, après avoir effectué 46 500 kilomètres en vélo sur l’ensemble du continent
américain, il désire retransmettre ces voix, celles de la terre et de ses êtres vivants. Des voix
qui lui ont ouvert l’esprit sur le sens de la vie et sur les solutions pour notre avenir en tant
qu’humanité.


POUR VOIR LA BANDE ANNONCE, CLIQUEZ ICI

https://vimeo.com/395172399?fbclid=IwAR0VqYKMf4FDRGtxpvtXAJ6xrEmmdcxy1-pdId4evSs0T1WgnK7lX2nFQ1g

POUR TELECHARGER LE DOSSIER DE PRESSE, CLIQUEZ ICI
Dossier de presse Sur les voix des Amériques LQ

 

PAF: 10€ et 5€ pour les étudiants et les membres VERT & VIE en règle de cotisation 2022

ETANT DONNE LE NOMBRE DE PLACES LIMITE, NOUS CONSEILLONS VIVEMENT
DE RESERVER PAR SMS AU 0478 87 26 52 AVANT LE 25 FEVRIER
EN MENTIONNANT: nom, prénom, nombre de places souhaité.
LE PAYEMENT SE FERA EN LIQUIDE, SUR PLACE.

SOUS RESERVE DES PLACES ENCORE DISPONIBLES, IL SERA EVENTUELLEMENT POSSIBLE
DE PAYER SUR PLACE SANS RESERVATION PREALABLE

 

LA PROJECTION SE FERA DANS LE PLUS STRICT RESPECT DES REGLES SANITAIRES
QUI SERONT EN VIGUEUR A CE MOMENT LA.

 

> 22 janvier 2022

NOUVEAU VERGER A ESNEUX
une collaboration
Vert et Vie / FC Apicoles

 

NOUS SOMMES HEUREUX DE VOUS ANNONCER LA CREATION D’UN NOUVEAU VERGER DE 30 ARBRES FRUITIERS SUR ESNEUX, FRUIT D’UNE COLLABORATION ENTRE VERT & VIE ET LE FOOTBALL CLUB APICOLES TILFFOIS.

VOIR L’ARTICLE COMPLET A LA RUBRIQUE « ACTIONS »

 

 

 

 

> 17 janvier 2022

PERMIS D’URBANISME A FECHEREUX, SUITE DU DOSSIER

Mesdames, Messieurs, Chers Amis

Vous vous souvenez sans doute d’un projet immobilier sur Fêchereux ne respectant pas les règles d’urbanisme. C’était en août 2021. V&V et plusieurs de ses membres avaient fait connaître et motivé leur opposition à ce projet tel qu’il était présenté.

A la lecture de l’accord conditionnel de l’urbanisme de la commune d’Esneux, vous comprendrez comme nous, que bon nombre des remarques formulées dans le courrier proposé ont été jugées recevables et motivées par le bon sens et le respect des règles d’urbanisme. En effet, le propriétaire indélicat devra se conformer aux conditions imposées et cela avec, pour certaines, une date butoir et des contrôles sur le terrain.

NOS ACTIONS ET VOTRE SOUTIEN SONT INDISSOCIABLES, CE DOSSIER EN EST UNE FOIS DE PLUS UN BON EXEMPLE.
MERCI DE NOUS FAIRE CONFIANCE ET D’AGIR DANS L’INTERET COMMUN.

 

LIRE LES CONCLUSIONS IMPOSEES PAR LA COMMUNE >

https://www.vert-et-vie.be/actions/vv-denonce-le-non-respect-des-regles-durbanisme-sur-un-projet-immobilier-a-fechereux/

> 7 décembre 2021

SUR LES TRACES DU FAUCON PELERIN

 

Il n’est pas nécessaire de partir loin pour vivre l’aventure. Les romans, les films, les contes et autres moyens de s’évader sont largement utilisés chaque jour par vous tous. Sans parler du web qui nous distrait parfois de manière chronophage

L’histoire que je vais vous raconter aujourd’hui est pour moi d’un autre registre. Elle est le résultat d’une rencontre improbable entre le possesseur d’un petit trésor et l’ASBL Vert-et-vie. Elle pourrait servir comme scénario pour une bande dessinée.

Nous sommes en juillet 1946 ; la seconde Guerre mondiale est terminée. Elle s’est clôturée officiellement en Europe le 8 mai 1945 avec la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie.

 

En région Liégeoise et plus particulièrement sur Esneux, l’aurore est déjà loin. Dans la boucle de l’Ourthe, sous le village de Ham désembrumé dès le chant du coq, la rive gauche s’embrase. Le soleil perce la brume matinale, l’air se réchauffe rapidement, les murs s’éclairent sous les rayons dardants, les ombres disparaissent, les portes s’ouvrent, les visages sont souriants. Il fait bon vivre à Fêchereux.

L’Ourthe est rentrée dans son lit après une petite montée des eaux sans dégât lors des dernières grosses pluies. Maintenant elle vient lécher en douceur le bas du hameau et ses prairies.

Comme chaque week-end, la famille Grosjean est réunie dans le chalet familial construit par le père, menuisier. Cette construction faite bien avant la guerre a permis souvent à la famille de se mettre en retrait des risques de l’occupation et des bombardements. Par chance, et grâce à sa situation géographique particulière, le village est resté calme. Les Allemands n’y sont jamais venus. Situé en retrait, au bout des culs de sac des chemins venant d’Avister ou de Hony, le hameau est resté inviolé durant ces années douloureuses. Quelle chance pour toutes les familles et la jeunesse que ce havre de paix.

Aujourd’hui, les enfants jouent au bord de la rivière. Le ciel est serein, et chacun vaque à ses activités dans la détente. Les amoureux de la cuisine préparent le plat du dimanche. Pendant ces mois qui suivent la fin des hostilités, les morceaux de choix restent rares et chers et pas question de gaspillage ! On est en vacances, et les jeunes ados de l’âge de Raymond (10 -12 ans) pratiquent leurs activités habituelles : natation, pêche, jeux de ballon, ping-pong, ou courses folles à pied ou en vélo.

Raymond, lui, souvent, préfère pêcher seul ou avec un ami ou découvrir les environs. La pêche surtout le passionne. Son domaine est l’Ourthe de l’amont de Rosière jusqu’au barrage de Hony. Il parcourt la rivière en pratiquant toutes sortes de pêches ; sur la rive, en barque ou en kayak (qu’on appelait alors « périssoire ! ». C’était l’époque des premiers moulinets à tambour fixe, des belles cannes anglaises en bambou refendu pour le « lancer léger » et « la mouche » ; des montures « ariel » pour le brochet, des premiers fils en « nylon » et des jolies mouches artificielles (les plus grosses pour les truites et les plus petites pour l’ombre) ! A l’époque, les plus anciens racontaient même avoir vu des loutres près de la petite île de Fêchereux !

L’adolescent aime cette nature sauvage de la rivière et ses abords. Il imagine sans peine le Far West de ses lectures favorites – Fenimore Cooper (le dernier des Mohicans), J.O. Curwood (le grizzly), ou Jack London (l’appel de la forêt). Un de ses endroits favoris c’est entre Rosière et Fêchereux, à environ 15 minutes à pied du hameau en remontant vers Esneux, là où coule une eau profonde et calme au-dessus de laquelle passent souvent les rapides flèches bleues brillantes des martin pêcheurs, au sifflement si caractéristique. En surface, de paisibles poules d’eau y vaquent à leurs affaires ; et à l’approche du pêcheur les petits grèbes castagneux s’enfuient en battant rapidement des ailes sur plusieurs dizaines de mètres puis plongent et disparaissent.

Quand il lève les yeux, au-delà de la forêt profonde de rive gauche, il peut voir cette falaise vertigineuse orientée plein sud, si impressionnante. Dans le ciel, c’est un autre spectacle qui l’intrigue : un oiseau semble plus rapide que les autres. Ses lectures lui ont appris à reconnaître les rapaces. L’oiseau est assez petit, mince, avec une petite tête. Ses ailes sont pointues. Son vol est impressionnant d’agilité et de rapidité. Tout à coup, il effectue une manœuvre rapide et fonce comme une pierre lâchée de là-haut sur une proie. C’est un pigeon ! Il fond sur lui et l’attrape en plein vol sans aucune possibilité pour la pauvre victime de s’échapper. D’ailleurs, elle ne s’est probablement aperçue de rien et n’a fait aucun mouvement pour s’échapper. Le rapace, immédiatement et sans toucher le sol, transporte sa proie vers un replat de la falaise et commence à la dépecer.

Rentré à la maison, Raymond raconte le spectacle ; rapidement le rapace est identifié : c’est le Faucon Pèlerin, celui qui a donné son nom à cette falaise magnifique devenue au fil du temps le point de rendez-vous de bien des promeneurs d’Esneux et de loin au-delà !. Il apprend que le faucon pèlerin occupe les lieux depuis toujours. Depuis son aire ou son perchoir il surveille son territoire et ne le partage pas. Ses congénères occupent les autres sites verticaux qui fleurissent dans la vallée au gré des exploitations de carrières ou de sites naturels. Ils s’y sentent bien et prospèrent. On les observe régulièrement.

Dans ses explorations de la nature, la tentation est forte pour l’adolescent de se rapprocher au plus près de ces oiseaux et même de tenter d’entamer l’escalade de cette falaise. Un jour, avec un copain de son âge il va depuis l’Ourthe monter à travers la forêt puis dans les éboulis jusqu’à atteindre le pied de la falaise vertigineuse, et tenter un début d’escalade (évidemment sans cordes de sécurité, et à l’insu des parents !!)

Et là, surprise : sur les premiers rebords de la paroi, il découvre de petits objets brillants. Bien vite, ils sont reconnus comme des bagues attachées aux pattes des victimes des rapaces !

Plusieurs expéditions similaires lui permettront de rassembler pas mal de ces petites pièces d’identité des malheureux pigeons voyageurs, parmi lesquelles même celle d’un pigeon militaire de l’armée U.S. ! Plusieurs « expéditions » vont lui permettre de rassembler des bagues avec parfois encore le petit os de la patte attaché. Au total, le trésor enfermé dans un petit boîtier contiendra une quarantaine de bagues.

Les années passent, Raymond grandit. Appliqué à l’école, il poursuit des études universitaires. Diplômé ingénieur civil des constructions, il entre au Ministère des travaux publics (Ponts et Chaussées – service des voies navigables de Charleroi qu’il dirigera pendant plus de 20 ans jusqu’à la retraite. Son « trésor », il le conservera avec soin. De temps en temps, en songeant au petit boîtier, il se remémore les joies de l’enfance : les bons moments à Fêchereux et cette « Roche aux Faucons » si impressionnante.

 

A 87 ans à présent, il s’interroge sur la garde ou la transmission de ce petit boîtier :  comment lui conserver du sens ? Lui donner une chance d’intéresser quelque passionné ? Mais à qui le confier pour qu’il soit encore apprécié ?

Il a entendu parler de l’ASBL Vert et Vie qui défend la Roche aux Faucons et son environnement exceptionnel. Il a vu le beau reportage de la RTBF dans les « perles de l’été. C’est décidé ! Il  va téléphoner au Président pour lui faire part de ce qu’il détient ; Le contact est établi et l’ intérêt est commun sur beaucoup de sujets. L’A.S.B.L. VERT ET VIE ne possède pas de preuve de l’occupation du site par les Faucons Pèlerins. Ces nombreuses bagues de pigeons attestent de la présence de ces rapaces !

C’est un trésor inespéré pour Vert et Vie ! Les bagues sont datées de 1912 jusqu’à la fin des escapades de Raymond en 1949. On sait que les faucons étaient encore présents jusqu’en 1958, et qu’ils sont aujourd’hui en phase de recolonisation de la vallée, mais en concurrence avec le Grand-duc. Ces deux-là ne s’entendent pas : ils sont rivaux comme prédateurs.

Un présentoir est réalisé pour mettre en évidence le trésor accompagné de la liste exhaustive des inscriptions sur chaque bague. Beaucoup d’entre elles proviennent de colombophiles Belges, mais aussi des Pays-Bas (n° 22 et 33) et l’une d’entre elles d’un pigeon militaire de l’armée U.S. (Datée de 1945 -n°25)

Comme quoi l’amusement anodin d’un gamin aimant la nature peut encore avoir des suites positives 75 ans plus tard.

Un grand merci à Monsieur Raymond Grosjean de faire confiance à l’A.S.B.L. pour garder ce trésor qui pour nous devient en quelque sorte la relique de Vert et Vie.

 

Récit écrit par MM. Raymond Grosjean et Marcel Blaise en décembre 2021

 

 

 

1          B         CHENEE        1          01502 **            (coin supérieur Gauche, verticale)

2          BELG  45                               793156              (milieu)

3          (tête)   23        43        08986                           (milieu droite)

4          FED    VERVIERS     4346    PLASTIFIEE     (verticale à droite)

 

PREMIERE LIGNE

5          HERVE SPORT         12        683

6          FC Belg                      L         17        11437

7          BELGE           19        E         46343

8          BELGE           20        201175                       *4 petits trous

9          BELGE           22        2526147

10        BELGE           22        371264

11        BELG  28        I5I2497

12        BELG  29        1545930

13        BELG  37        1523661          *

14        BELG  37T     1565217          *

15        BELG  37T     1513456          *

DEUXIEME LIGNE

16        BELG  38T     7042916          *

17        BELG  40        1024902          *

18        BELG  40        1519943          *

19        BELG  43        241770                       *

20        BELG  44        85642              *

21        BELG  45        1402303          *

22        MAASTRICHT          45        1909    LC

23        BELG  45        963575                       *

24        BELG  45        3087143          *

25        USA    45        SC       32050

TROISIEME LIGNE

26        BELG  46        1176141          **FENTE

27        BELG  46        12989              **

28        BELG  46        1086078          **

29        BELG  46        1119406          **

30        BELG  46        1054490          **

31        BELG  48        1138396          **

32        BELG  48        8001930          **

33        HOLLAND     48        893082            *

34        BELG  48        1057310          **

35        BELG  48        5094939          **

36        BELG  49        1130722          **

37        BELG  49        1249950          **

38        BELG  49        1083614          **

 

> 25 novembre 2021

Enquête publique sur la création d’une nouvelle voirie rue du grand pré à Tilff

 

 

Prénom Nom
N°, Rue
Code postal ; Commune

 

Tilff, Date

 

A l’attention de Madame Scicchitano,

Concerne : Dossier de création d’une nouvelle voirie Rue du Grand Pré à Tilff

Madame la Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Échevins
Mesdames, et Messieurs  Membres du Conseil Communal d’Esneux,

 

Par ce courrier, je marque mon désaccord sur cet aménagement de voirie préalable à la création de nouvelles constructions pour les raisons évoquées ci-dessous en réponse à l’enquête publique spécifique à ce dossier. Je m’étonne également que l’avis n’a été posté sur le site web de la commune que le 25 novembre, la veille de la date de clôture !

Je souhaite également vous indiquer qu’il me semble opportun de suspendre l’octroi de permis de voirie et de création de lotissement dans le bassin versant de l’Ourthe en attendant une étude complète par quartier versant secondaire. Cette étude devrait permettre de donner les moyens d’aboutir à la maitrise des eaux au regard de la pluviométrie annoncée par le réchauffement climatique.

Actuellement, toute nouvelle autorisation devrait s’accompagner d’une mesure assurant la neutralité des surfaces imperméables dans la zone concernée.

La vie dans les rez de chaussée de bien des constructions sur la commune en dépend directement. Il n’est même pas exclu qu’il faudra rapidement indiquer que nombre de rez de chaussée ne peuvent plus être habités en permanence mais consacré uniquement à du stockage ou des activités secondaires à l’instar de quelques villages régulièrement inondé comme celui d’Entraygues-sur-Truyère en France dans l’Aveyron.

Par ailleurs, la commune est en avance sur la demande de création de logements préconisée par la Région. Le renouvellement des anciennes constructions devrait être la priorité de tous les acteurs afin d’amener le bâti aux normes et besoins d’aujourd’hui au lieu d’agrandir le parc en laissant pourrir des quartiers entiers. Plus aucune surface habitable au-dessus des commerces ne devraient rester vide c’est une question d’éthique sociétale.

 

 

 

  • Contexte général du projet rue du grand pré :

Cette demande d’ouverture de voirie et surtout d’urbanisation d’une zone boisée est faite pour donner accès à des parcelles actuellement constructibles mais enclavées. Par l’ouverture de cette voirie, c’est un accès à plus de 45.000 m2 de zone complètement végétalisée qui est visé.

Le projet de lotissement de 22 parcelles qui est présenté comme une simple prolongation du cul de sac actuel de quelques mètres est une tromperie. A l’évidence, c’est une urbanisation bien plus importante qui est projetée.

Il s’agit en réalité d’une opération spéculative permettant à quelques propriétaires de valoriser des terrains enclavés et situés en zone différée à l’urbanisation priorité 2 (long terme), et ce aux dépens de tout un quartier qui a choisi d’y vivre pour son caractère rural, naturel et préservé.

Cette volonté d’urbanisation faisant régulièrement l’objet de projets divers et variés, toujours refusés par la Commune jusqu’à présent, ne serait-il pas possible de rendre à ces terrains le statut de zone verte comme c’était le cas lors de la construction du lotissement du Grand Pré ?

Ce projet relève d’une urbanisation non réfléchie et vous trouverez ci-dessous les points de réflexion à considérer.

  • Environnement, nature :

Les parcelles concernées par l’urbanisation envisagée et nécessitant l’ouverture d’une nouvelle voirie constituent le dernier espace vert du hameau de Sur-Le-Mont. Il s’agit d’une aire d’intérêt paysager et écologique. Il serait particulièrement malheureux de ravager cet espace vert comprenant un petit bois, de la prairie et même un rucher. Le hameau de Sur-Le-Mont encore très verdoyant il y a 25 ans, est déjà de plus en plus urbanisé le long des voiries existantes et au fur et à mesure le goudron, le béton et les pavements grignotent toujours plus la végétation.

C’est tout un écosystème qui serait ainsi anéanti.

 

  • Ruissellement, écoulements des eaux :

La voirie et l’urbanisation projetée entraîneront une dégradation des conditions d’absorption des eaux dans cette zone située en amont de la vallée de l’Ourthe à Tilff.  Les terrains argileux sont à cet endroit gorgés d’eau. En témoignent les différents axes de ruissellement visibles sur les cartes en annexe 2. Après les inondations que nous avons connues en juillet 2021, ce projet me paraît absolument inopportun.

De plus, au sein même du hameau, de nombreuses habitations subissent régulièrement des inondations et ce de façon de plus en plus fréquente et importante. Plusieurs caves et rez-de-chaussée ont encore été inondés en juillet 21. L’urbanisation de la colline du Sart Tilman, elle-même en amont du hameau, en étant probablement une des causes.

Une bonne partie des maisons existantes du quartier de Sur-Le-Mont est située en aval de la zone qui fait l’objet de la demande de création de voirie en vue d’une urbanisation future. Que se passera-t-il lorsque cette zone sera rendue encore moins perméable aux eaux de ruissellement ? Il n’est pas envisageable d’évacuer ces eaux par l’égouttage existant puisque celui-ci s’est déjà révélé insuffisant en juillet dernier !

L’ajout de cette voirie et de 22 parcelles ne fera qu’accentuer le problème. Lors de fortes pluies, les égoûts de la rue du Grand Pré ne suffisent déjà plus pour écouler des eaux de ruissellement, qui sont d’ailleurs ajoutées aux eaux usées vers la centrale d’épuration.

 

  • Légal :

Le hameau n’est actuellement pas complètement équipé de vrais égouts alors qu’il est situé en zone d’assainissement collectif  au PASH: : il serait opportun de réaliser en priorité l’égouttage pour toutes les habitations qui l’attendent encore avant de prévoir de nouveaux aménagements conséquents.

 

  • Mobilité, trafic :

Le hameau de Sur-Le-Mont est traversé par la rue de la Charrette qui est déjà totalement saturée aux heures de pointe et la situation empire d’année en années. Ceci est dû principalement à l’installation de l’institut vétérinaire en haut de la rue Heid de Maël et à la création des nombreux kots/studios qui en a résulté. Les automobilistes y roulent de plus en plus vite, au péril de la sécurité des usagers faibles. Une fillette s’est d’ailleurs fait renverser en juin 2021 par un automobiliste en transit.

Les travaux actuels ne font qu’amplifier le problème et les applications de navigation dirigent les automobilistes vers cet itinéraire bis qui est une alternative aux grands axes que sont le Fond du Moulin et le Boulevard de Colonster.

Les kots/studios ont été aménagés sans création de places de parking, ce qui transforme la rue de la Charrette en une chicane de bout en bout puisque les voitures garées occupent une voie de circulation.

En conclusion, une augmentation du trafic de 10% (ratio approximatif de l’ajout de 22 maisons dans un hameau en comptant environ 210 à l’heure actuelle) est juste impensable au vu des problèmes de mobilité existants depuis plusieurs années. Ceux-ci sont d’ailleurs mentionnés dans le plan de mobilité communal et pour mémoire, ce sujet a déjà fait l’objet de réflexions entre les habitants du quartier, la bourgmestre et la police).

 

  • Divers :

Dans l’intérêt général de la majorité des administrés de notre Commune et pas seulement ceux des voiries concernées: l’époque n’est plus à la construction de nouveaux lotissements grignotant peu à peu mais inexorablement les espaces verts qui nous restent à disposition.

Notre commune se targue d’être une commune verte, rappelant régulièrement ses atouts de bien-être et de tourisme, de sorte que l’intérêt communal commande aussi de défendre les espaces verts. Si la commune elle-même ne respecte pas ce principe, elle rompt les principes de prévoyance et de bonne administration auxquels elle est astreinte.

 

En conclusion:

Eu égard à l’ensemble de ces observations, je suis tout à fait défavorable à la réalisation d’un tel projet ainsi que les projets sous-jacents dans et sur ce site. Vu la mise en ligne très tardive sur le site communal cette procédure devrait être recommencée.

Recevez, Madame la Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Échevins, Mesdames et Messieurs membres du Conseil Communal, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.

 

Prénom Nom Signature

> 21 octobre 2021

le 17 octobre 2021–Rencontre avec Sarayaku – Esneux – Frontière de Vie

17 octobre 2021, rencontre Sarayaku – Esneux – Frontière de Vie – Vert et Vie

Une délégation de Sarayaku est une nouvelle fois venue à Esneux nous rendre visite, c’est la preuve de l’attachement entre nos deux communautés.

Cette année, c’est une délégation de femmes qui a traversé l’atlantique pour sensibiliser les européens au grand mouvement de ce peuple pour la reconnaissance de tous ses droits par l’Equateur.

La délégation, emmené par Tania de la Casa Nicaragua était composée de Berta Gualinga dirigeante des Femmes et de la Famille. Maricela Gualinga, vice-présidente de Sarayaku et Sabine Bouchat première dame de Sarayaku.

L’accueil de la délégation était organisé le matin au  Verger de la Boucle de l’Ourthe, miroir de la Frontière de Vie de Sarayaku.

En ce mois d’octobre, les brumes matinales ont fait leur retour. L’ambiance est ouatée et fraîche, le disque solaire réchauffe lentement la brume, le soleil perce de ci de là. La Roche aux Faucons commence à apparaître, puis les arbres du verger s’éclairent sous les rayons de lumière. Un vol de canard passe au-dessus de l’eau calme, l’Ourthe, comme un miroir, reflète les ombres déformées par les vaguelettes . Il sent bon l’herbe humide en bord de rivière. La délégation se fait attendre. Une voiture arrive, elles sont là maintenant.

Spontanément une jeune dame parlant l’espagnol rythme les premiers échanges, le lien fraternel est facilement établi, les visages sont souriants, nous sommes tous détendus, la rencontre sera belle.

En présence de l’échevine Pauline Gobin de Jacques Dochamps et de la délégation de Frontière de Vie, Vert et Vie et les visiteurs accueillent les participants, le programme de la journée est expliqué.

D’abord, la visite du verger et du premier arbre planté par une délégation de femmes en 2017.

Ensuite, un cours de taille sur un prunier « Reine Claude verte » est donné par notre spécialiste du jour Jean Henrottay accompagné par Jean Pierre Arendt .

Puis pose de plaquettes nominatives sur les tuteurs des 31 arbres parrainés.

Enfin, une dégustation de pommes de variétés diverses apportées par Jean-Pierre: Jacques Lebel, Reinette Hernaut, Gris braibant, Belle Fleur, Radoux, Reinette de Chénée, Calville des prés.

 

Une dégustation de jus de pommes offert par vert et Vie en prémisse du jus de pomme du Verger de la Boucle que l’on espère dans deux à trois ans.

Après cette partie en extérieur, une petite délégation est reçue à la maison communale par l’échevine Pauline Gobin pour la partie protocolaire.

Les différentes parties prennent la parole pour réaffirmer l’importance du lien entre nos communautés et l’importance d’agir ensemble pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique qui nous touche tous. Cette année, les vallées de l’Ourthe et de la Vesdre ont été très durement touchées par une inondation sans pareille, le nombre de sinistrés sur la commune d’Esneux-Tilff est proche du tiers de sa population, 2000 habitations sont touchées, il faut déplorer 4 morts. Les besoins restent importants et toute aide est la bienvenue.

Esneux                 14 juillet 2021

 

 

 

Il y a 18 mois, c’était le territoire de Sarayaku qui était touché par une montée des eaux de la rivière Bobonaza, un phénomène inconnu de mémoire de sage.

Sarayaku             2020

 

 

 

Les constations sont les mêmes aux quatre coins de notre terre dite  » la Pachamama », dévastation, pertes humaines et traumatismes psychologiques, maisons et biens de la collectivité à reconstruire. Le retour à une harmonie avec la terre doit devenir l’objectif de tous et partout.

Après ce constat, Vert et Vie avec Frontière de Vie remet à la Commune la carte du territoire de Sarayaku avec la représentation de la Frontière de Vie et l’implantation de la clairière n° 34 Pinkullu Sacha en remerciement du soutien actif de la commune. Les différents représentants signent la carte en souvenir de la rencontre.

La délégation, en clôture, explique avec force, le concept de la déclaration KAWSAK SACHA – FORET VIVANTE, être vivant et conscient, sujet de droits. Elle remet à chacun un exemplaire et demande que nous relayons le plus largement possible la déclaration.

 

Cette déclaration indique en préambule:

« Nous, les peuples originaires d’Amazonie, avons une vision holistique de la Pachamama, nous en faisons partie. Dès la naissance, nous adoptons un système de vie structuré en cohabitation avec tous les êtres qui font partie de la Forêt Vivante. II ne s’agit pas d’une relation simplement paysagère ou esthétique, mais de l’incarnation dans nos corps, nos cœurs et nos pensées, des actes vitaux de chacun des êtres vivants qui nous entourent. Nous nous fondons sur l’existence des Sacha runakuna ou habitants de la forêt, visibles et invisibles, organisons nos relations réciproques, définissons et mettons en pratique le Sumak Kawsay (vie en harmonie) »

version complète

> 26 août 2021

NON RESPECT DES REGLES D’URBANISME A FECHEREUX

VERT & VIE DENONCE UN PROJET IMMOBILIER QUI NE RESPECTE PAS
LES REGLES D’URBANISME A FECHEREUX

Rajeunissons d’un an et imaginons-nous sur le Ravel, en été 2020, à découvrir ou redécouvrir la Boucle de l’Ourthe, nouvellement classée comme Grand Site d’intérêt paysager.  Il fait beau et vous dépassez le Verger de la Boucle, en remontant lentement vers l’amont. A hauteur de Fêchereux, vous êtes saisi : un immense tas de terre entache le paysage, juste à l’entrée du village. Intérieurement vous vous dites : Non, pas ici quand même. Puis vous raisonnez : ce tas ne peut qu’être temporaire, il sera bientôt enlevé car toute atteinte à la qualité esthétique du paysage est interdite dans le périmètre de la Boucle … (suite à la page ACTIONS)

VOIR L’ARTICE COMPLET ET UNE LETTRE TYPE D’OPPOSITION AU PROJET
A NOTRE PAGE ACTIONS